Actions et Activités

Actions Les actions menées par Un Monde Avenir se sont appuyées sur trois points essentiels qui constituent le leitmotiv de ses activités. Ces axes clés sont :-...

CAFÉ DÉBAT: « la démocratie à l’épreuve des...

Cérémonie du SCHOLARSHIP 2017

L'ONG un monde avenir fidèle à sa tradition depuis plus d'une décénie a organisé le vendredi 25 août 2017

Visite du Consul des Etats Unis d'Amérique, au...

Education : l’enseignant objet de tous les mépris au...

Ils subissent au quotidien des frustrations de toutes sortes, dans une société qui travaille à les reléguer...
Read more

Grand Dialogue National : quand le pouvoir se moque des...

Médiateur neutre, cessez le feu, amnistie générale, libérations des détenus, inscription à l’ordre du jour de...
Read more

Droit à l’information : les sourds-muets exigent...

Ils l’ont manifesté le 27 septembre 2019 à Douala à l’ occasion de la célébration de la journée...
Read more

Menace sur les défenseurs des droits de l’homme :...

Dans la nuit du 16 au 17 septembre 2019, la voiture du coordinateur de l’ONG Un Monde Avenir a été...
Read more

Dialogue National : la vraie société civile du Cameroun...

MÉMORANDUM DES OSC PORTANT SUR LE DIALOGUE NATIONAL De la convocation du dialogue national Le 10 septembre...
Read more

DECLARATION SUR LA MENACE DES MEDIAS ET DE LA SOCIETE...

Le 9 août 2019, le Ministre camerounais de l’administration territoriale a donné un point de presse dans les...
Read more
Load More

Dans la nuit du 16 au 17 septembre 2019, la voiture du coordinateur de l’ONG Un Monde Avenir a été vandalisée à son domicile et certaines pièces emportées

« Je suis rentré chez moi lundi au environ de minuit après une rencontre avec quelques leaders associatifs, et j’ai garé ma voiture devant ma maison comme d’habitude. A mon réveil à six heures du matin, heure à laquelle je prends la route pour le boulot, je constate que ma voiture a été forcée, et la vitre s’est effritée »  relate la victime.   Philippe Nanga  n’a eu le temps que de constater le remue-ménage effectué dans la voiture. Parmi  les objets emportés, la  batterie et le lecteur sont les plus importants.  Les auteurs de ce forfait ont disparu par la suite après avoir  cisaillé de manière anarchique toutes les connexions électriques à l’avant du véhicule.

Des cambriolages, Philippe Nanga n’en connait que trop bien pour  en avoir été victime plusieurs fois.  Il ne se compte plus, le nombre de fois que le siège de  l’organisation dont il est en charge  a  été visité par ces hommes des ténèbres.  A chaque fois des effets importants ont été emportés, de même que du matériel tel que  des machines, disques durs externes, et clés USB.

 Aussi, la  récurrence de  ces forfaits amène désormais à penser que des acteurs de la société civile sont devenus la cible d’attaques particulières. De manière isolée  ces actes    peuvent être  négligés mais mis ensemble ils  constituent un sujet d’inquiétude surtout quand l’on y ajoute les intimidations et les actes d’agressions physiques auxquels ils font face au quotidien

 Il y’a moins d’un mois Madame Maximilienne Ngo MBE, la coordinatrice du Réseau des défenseurs des droits de l’homme en Afrique Central (REDHAC) a été agressée physiquement par un homme non identifié au lieu-dit Akwa Glacier Moderne.  L’action s’est déroulée au environ de  19H. « Un homme d’une quarantaine d’années, noir, costaud à surgit sur une moto et s’est  placé sur la portière côté passager en m’intimant l’ordre de débloquer la portière si non, il va tirer, il avait effectivement une arme » explique-t-elle. Prise de panique, elle a obéit à tous les ordres de ce dernier en le suppliant de tout emporter (ordinateur portable, les clés de la voiture et même les téléphones portable, et  de la laisser en vie). Curieusement, il a répondu sèchement par NON ! Et a ajouté « Je ne suis pas là pour ça, juste pour te donner un avertissement ».

Des agressions du genre qui visiblement visent à nuire ou  intimider, meublent depuis quelques temps le quotidien de ces défenseurs des droits de l’homme, ils sont  parfois suivis à longueur de journée par des inconnus. Toute chose qui laisse croire que malgré le contexte de démocratie il n’est toujours pas aisée d’être défenseur des droits de l’homme au Cameroun

Aïchetou MAKOUET